Le sampaï

Le sampai

 

Relations hiérarchiques dans un dojo
Dans la société japonaise dans son ensemble,
l’élève ou le salarié plus ancien est le sampai,
qui joue un rôle de tuteur pour le kohai,
tandis que des personnes de même ancienneté sont dohai.
Dans le cadre des arts martiaux comme dans les entreprises ou les administrations,
les sampai assurent la formation des nouveaux arrivant, les forment aux us et coutumes locales,
leur expliquent le fonctionnement interne de leur structure.
Dans la culture japonaise, le sampai est l'élève avancé et le kohai est le jeune élève.
Le sampai a un rôle de tuteur auprès du kohai, et il a un rôle de relais de l'enseignement du sensei, le professeur ;
en retour, le kohai doit le respect au sampai. Deux élèves de même ancienneté, quant à eux, sont mutuellement dohai.
Ce système hiérarchique est profondément ancré dans la société japonaise. Il s'applique à tous les niveaux de la société.
Dans les arts martiaux, l'élève ancien est là pour guider le nouvel élève.
La notion de sampai et de kohai dépend exclusivement de l'ancienneté de l'élève dans l'art, pas de l'âge ni du grade.
Dans le cadre du Karaté, la relation entre sampai et kohai peut être définie ainsi :
"Si l’esprit de gratitude d’un sampai envers un kohai s’exprime par cette seule pensée
« Merci, de m’avoir permis de bien travailler aujourd’hui », le kohai sera heureux ;
de même si le kohai remercie le sampai de son enseignement, celui-ci sera content.
Il est grotesque d’avoir à dire « Respectez-moi car je suis votre sampai ».
Le respect envers le sampai ne doit pas être provoqué, le kohai doit tout naturellement avoir envie de respecter le sampai.
Ce dernier lui, prend soin du kohai car le kohai occupe la place qui est la sienne et mérite par là que l’on s’occupe de lui.
Celui-ci ajoute que la nature du travail avec un partenaire dépend du statut relatif du partenaire avec lequel on travaille.
Ainsi, le rôle d’un sampai est de nous permettre d’exprimer pleinement notre technique,
éventuellement de nous montrer par où notre technique pêche et de nous permettre de l’améliorer.
Du point de vue du sampai, il s’agit de traverser une corde raide entre la complaisance et l’obstruction.
Le travail avec un dohai est l’occasion de prendre la mesure de notre technique et de travailler les deux rôles de l’aïte (tori et uke)
à plein régime technique et physique.
Enfin, le travail avec un kohai oblige à revenir sur notre propre pratique afin de mieux l’expliquer et oblige
également à mettre dans le travail d’uke la souplesse et la fluidité qui manquent souvent aux débutants.

 

2009 Le Sampai.pdf

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site